jeudi 1 mars 2018

Islande

Stopover en Islande

3 étoiles, vaut le voyage

 

Geyser de Gunnuhver, péninsule de Reikjanes

 


Ambiance : Ólafur Arnalds et Arnór Dan (2013) - Old Skin

Peu de gens échappent à l'illusion d'optique créée par les planisphères. Pourtant, la rotondité de la terre fait que la trajectoire la plus courte entre l'Europe occidentale et l'Ouest Américain ne suit pas les parallèles, mais passe par les régions proches du cercle polaire. Les routes les plus rapides entre l'Europe et l'Amérique passent donc par l'Islande. Ce n'est donc pas un hasard si le premier navigateur Européen à découvrir l'Amérique ne fut pas Christophe Colomb en 1492, mais un viking Islandais, Leif Erikson en l'an 1000. Si l'établissement d'une colonie Viking qui a été retrouvée sur le site de L'Anse aux Meadows sur l'île de Terre Neuve a finalement échoué sans laisser de trace, c'est que les colons Viking d'Islande et du Groenland étaient trop peu nombreux. D'ailleurs, les colonies du Groenland disparurent à leur tour au 14e siècle. L'Islande était destinée par la géographie à être un pont entre l'Europe et l'Amérique du Nord...




la compagnie nationale Icelandair fait fond sur cette réalité géographique pour faire de ce pays insulaire une véritable plaque-tournante de vols low cost entre l'Europe et l'Amérique du Nord.



Le business model de Icelandair repose sur quelques règles simples. des vols fréquents et très ponctuels et des correspondances rapides et parfaitement réglées sur la plate-forme de l'aéroport international de Keflavik.




La compagnie islandaise pratique des tarifs très compétitifs à condition de réserver tôt. Les billets sont mis sur le marché moins de 12 mois à l'avance, avec une technique de yield management qui augmente les tarifs au fur et à mesure que l'avion se remplit. Ces prix sont obtenus avec un service inspiré des transporteurs "low cost" (repas en supplément), mais de qualité supérieure. Une organisation en rayons autour du Hub national à destination de la plupart des grandes villes d'Europe d'un côté, et de quelques destinations choisies d'Amérique du Nord à une distance maximale de 6,000 km de l'Islande pour être desservies avec des avions moyen courrier.

C'est ainsi qu'il est possible de voler de Paris-CDG à Denver International (DEN) en 12 heures seulement pour parcourir un trajet total de 8,000 km avec un vol de 3 heures pour parcourir les 2,250 km entre Paris et Keflavik, une correspondance d'une heure à Keflavik suivie d'un vol de 8 heures pour parcourir les 5,750 km entre Keflavik et Denver.




Un vol Paris-Seattle est à peine plus long, car la distance entre Keflavik et Seattle est de 5,830 km.




La compagnie Icelandair propose des formules de vol multi-destinations qui vous permettent d'organiser des itinéraires à sens unique aux États-Unis comme au Canada sans augmentation de tarif des billets.

La formule du stopover est une autre offre commerciale proposée par Icelandair pour attirer les visiteurs en Islande, car la compagnie est aussi une société de tourisme qui gère des hôtels et loue des voitures. Le principe consiste à découpler le voyage aller ou le voyage retour, au choix, entre l'Europe et l'Amérique du Nord avec une escale de moins d'une semaine en Islande sans supplément de tarif. Nous avons expérimenté cette formule lors de notre circuit 2015 autour de Denver après avoir expérimenté la formule des correspondances expresses pour aller à Seattle en 2010.


Stopover en Islande

 



Il ne faut pas prétendre faire le tour de l'Islande quand on ne dispose que de 5 jours - 4 nuits lors d'une première expérience de stopover, mais notre expérience nous a permis de parcourir l'ensemble des itinéraires indiqués sur la carte ci-dessus qui nous ont donné un bel aperçu du Sud-Ouest du pays et nous donne très envie de revenir faire un tour d'Islande de 2 semaines comme unique but de voyage...



Nous avons réservé un séjour de 4 nuits en ferme-auberge dans les environs de Selfoss dans la région du Sudvesturland via la centrale de réservation Icelandic Farm Holidays. le Sudvesturland est la principale région agricole du pays, aux portes du "Cercle d'Or". de là, nous avons fait des excursions qui nous ont permis de découvrir les essentiels du sud-ouest de l'Islande que nous avions le plus envie de visiter :

1. le Cercle d'Or
2. Reykjavik
3.  La Côte Sud.
La route entre Keflavik et Selfoss a été aussi l'occasion de découvrir la péninsule de Reykjanes.

Le climat de l'Islande est très tempéré en Juillet, avec très peu d'écart entre le jour et la nuit, la température a oscillé entre 8°C et 16°C pendant tout notre séjour. Nous avons eu quatre jours de soleil et un jour de pluie seulement, ce qui est assez chanceux dans le sud-ouest de l'Islande, qui est la partie la plus arrosée du pays. Le vent est un facteur météorologique essentiel en Islande. Le vent soufflait très fort le jour de notre arrivée, ce qui posait des problèmes sur la route (camping-caristes, faites très attention à ne pas vous stationner perpendiculairement au sens du vent, automobilistes, attention à retenir les portière de votre véhicule quand vous les ouvrez) et limitait nos envies de baignade...


Le Lagon Bleu a été notre seule déception. Nous nous y sommes pris trop tard. Le succès de ce site est tel qu'il faut réserver son heure de visite longtemps à l'avance. Comment gérer alors le risque météo principal du vent fort ? Je ne sais pas, aussi je conseille de faire comme nous, rabattez vous sur d'autres thermes, le pays en compte beaucoup, moins célèbres et moins exceptionnelles peut-être, mais très sympa quand même.


La péninsule de Reykjanes


Il s'agit d'une terre assez plate et désolée qui s'avance dans l'océan à l'ouest de Reykjavik. c'est là que les Islandais ont décidé de développer le nouvel aéroport international de Keflavik pour recycler l'ancienne base aérienne américaine démilitarisée en 2006 après la fin de la Guerre Froide.


Reykjanes est un bout de rift Atlantique à ciel ouvert, c'est donc un endroit idéal pour observer les coulée de lave. La péninsule est envahie de lupins d'Amérique, sans doute un héritage de l'occupation américaine. La fleur se plaît particulièrement dans le climat islandais.








Curiosité, sur la côte ouest, un "Pont entre les continents" a été aménagé à proximité de la route qui fait le tour de la péninsule. On s'amuse à jouer le rôle d'Atlas qui porte le pont entre les continents, un pied sur la plaque Amérique du Nord, un autre sur la plaque Eurasie... On voit très bien le rift qui déchire la terre. Pas incontournable, mais intéressant (1 étoile au Michelin)





Sur la côte sud, le site de Seltun (2 étoiles), près de Krysuvik abrite un ensemble de solfatares belles et malodorantes, ainsi qu'un petit lac "bleu".















Reykjavik


La "Baie des fumées", ville principale dans les environs de laquelle vivent les 3/4 des habitants, reste une ville moyenne bien agréable (2 étoiles au Michelin).

Parmi les curiosités à voir, nous avons visité l'écomusée d'Arbaejarsafn (2 étoiles)








Le Musée national d'Islande (2 étoiles)

L'église Halgrimskirkja et la statue de Leif Erikson, le premier découvreur de l'Amérique, vers l'an 1000 (2 étoiles)








Harpa, la grande salle de concert construite sur le port (trois étoile, à ne pas manquer)











La ville abrite de belles maisons colorées.





L'hôtel Viking se trouve dans la banlieue de Hafnarfjordhur, mais il n'est pas construit dans un style authentiquement islandais, mais s'inspire des églises de bois debout norvégiennes.






Le Cercle d'Or (3 étoiles, vaut le voyage)








 

Difficile de visiter l'Islande sans parcourir le Cercle d'Or, justement célèbre, mais un peu victime de son succès. Geysir est le site qui souffre le plus de surfréquentation sévère, naturellement, mais Gullfoss et Thingvellir sont aussi très courus, et le parking peut poser des difficultés.
Le parc national de Thingvellir (3 étoiles) est le site le plus proche de Reykjavik. Ce site, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, est un endroit magnifique. Le parc est assez grand. Il permet d'observer particulièrement bien le Rift Atlantique qui le traverse de fissures multiples de toute taille.












L'Islande est une terre toute jeune, née depuis 17 millions d'année de la rencontre entre la Dorsale Médio-Atlantique et un point chaud mantellique placé juste en dessous qui multiplie les éruptions volcaniques et étend sans cesse cette terre qui n'est constituée que de matériau volcanique. L'Islande a été portée au-dessus du niveau de la mer
par la poussée du point chaud, alors que l'altitude du reste du Rift ne dépasse pas -2 000 mètres.

Le parc se trouve au nord d'un grand lac homonyme.





C'est aussi le site historique où s'est réuni le parlement islandais, l'Althing, de 930 à 1260, date après laquelle les rois de Danemark ont liquidé l'institution. Le parlement Islandais renaîtra de ses cendres dans sa forme moderne en 1845 quand le Danemark accordera une autonomie limitée à l'Islande, mais il faut attendre 1944 pour que le pays accède de nouveau à l'indépendance. Le parlement siège désormais à Reykjavik, mais le site de Thingvellir abrite une église commémorative qui rappelle son rôle pionnier dans la naissance de la démocratie parlementaire au Moyen Age.





Les Islandais se sont rassemblés en masse à Thingvellir en 1944 pour célébrer leur indépendance retrouvée.

Le parc national de Geysir (3 étoiles) a donné son nom à tous les autres geysers du monde. Le Geysir proprement dit est aujourd'hui inactif, comme le sont d'autres fontaines chaudes du parc.





Mais on trouve d'autres petits geysers en activité perpétuelle. le site sent fortement l’œuf pourri (dioxyde de soufre).





La principale attraction du site est le Strokkur dont les gens viennent contempler les fréquentes éruptions, toutes les 10 ou 15 minutes en moyenne.
















Haute de 32 mètres et large de 70 mètres Gullfoss (3 étoiles) est la plus grande cascade d'Europe. ce site m'a particulièrement plu. Il faut venir en fin d'après-midi une journée ensoleillée pour bénéficier de la vision de l'arc en ciel généré par cette puissante chute d'eau.







Parmi les curiosités secondaires dont nous avons apprécié la visite, je mentionne Keridh un petit cratère qui se visite en bord de route.
L'accès est payant (1 étoile, intéressant).




Skalholt, la cathédrale historique des Islandais de 1056 à 1794, offre aussi une visite intéressante (1 étoile).




Le site a abrité la première cathédrale de l'histoire islandaise, qui a été restituée à côté de l'église commémorative moderne édifiée entre 1956 et 1963.




Le site a été détruit par les tremblements de terre qui ont suivi l'éruption du Laki et abandonné en 1785. La nouvelle église se situe en rase campagne.


Laugarvatn est une petite localité située au bord d'un lac où des sources chaudes alimentent différents établissements thermaux. Nous avons particulièrement apprécié les quelques heures de détente passées un matin sans vent au Fontana dans les bains chauds en plein air devant l'établissement. l'endroit est très bien aménagé, d'une propreté méticuleuse, la cafétéria excellente (2 étoiles).








La côte sud (3 étoiles)

Je n'ai pas de superlatif assez grand pour décrire ce territoire qui s'étire le long de la route 1 entre Sellfoss et Hofn. Nous avons choisi de consacrer la journée la plus pluvieuse de notre séjour à une longue excursion sur la route 1 qui fait le tour de l'île en direction de l'est pour découvrir la côte sud de l'Islande. Cette journée d'excursion nous a conduit jusqu'au Fjallsarlon aller et retour a été particulièrement longue, 8 heures de conduite, mais elle nous a donné un aperçu de l'incroyable beauté de ce pays.








Parmi nos émerveillements, il y a le Reynisdrangar à proximité de Vik-I-Myrdal, à la pointe sud de l'île (3 étoiles).



















Les gens viennent admirer la plage de sable noir, les magnifiques formations rocheuses plantées dans la mer, les prismes basaltiques et les macareux moines qui nichent en nombre dans les falaises.





Plus à l'est, les plaines de lave torturées offrent des vues incroyables sur les volcans et les langues glaciaires qui descendent du Vatnajokull, le plus grand champ de glace d'Europe (2 étoiles).











Le Fjallsarlon (3 étoiles) est une lagune pro-glaciaire qui s'étend au fur et à mesure que le réchauffement climatique fait reculer le glacier qui lui a donné naissance. Les gens font des excursions en zodiac sur la lagune pour dériver entre les icebergs.











Plus à l'est, le Jokulsarlon forme une lagune encore plus étendue et très célèbre (3 étoiles). Nous ne sommes pas allé aussi loin, car nous avons rebroussé chemin pour tenir compte des 4 heures de route qui devaient nous ramener vers Sellfoss. La côte sud se visite idéalement par étapes dans le cadre d'un tour de l'île par la route 1.

Sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés un moment près de la puissante cascade du Skogafoss (2 étoiles).


Enfin, la douceur des lumières du soir sur le volcan Eyjafjallajokull dont la dernière éruption avait paralysé le trafic aérien en Europe en Avril 2010 et sur les îles Vestmann au milieu des prairies de lupin m'a envouté en dépit de l'obscurité ambiante.



Je ne peux donc que recommander un stopover en Islande quand on se rend dans l'Ouest Américain (ou au Canada) avec Icelandair. Par contre, ceux qui voudront aller se baigner dans le Blue Lagoon devront impérativement réserver longtemps à l'avance.

Cette terre de feu et de glace nous a envoutés. Nous y sommes retourné depuis, non pour un stopover, car l'île est grande, mais exprès pour faire le tour de l'île. Mais c'est une autre histoire...

Étonnantes ruses du désir ! Baudelaire a bien résumé ce sentiment dans le poème intitulé "Le Voyage" dont voici un quatrain :

"- La jouissance ajoute au désir de la force.
 Désir, vieil arbre à qui le plaisir sert d'engrais,
Cependant que grossit et durcit ton écorce,
Tes branches veulent voir le soleil de plus près !

ainsi que cet autre quatrain tiré du même texte


"Singulière fortune où le but se déplace,
Et, n'étant nulle part, peut être n'importe où !
Où l'homme, dont jamais l'espérance n'est lasse,
Pour trouver le repos court toujours comme un fou !"

Telle est la folie du voyage.... 

Post Scriptum : Nous avons effectivement réalisé le tour d'Islande en 2 semaines en Août 2017. Nous avons parcouru principalement l'itinéraire de la Route Circulaire "Hringvegur", avec de petits diverticules, et délaissé la région des Fjords du Nord-Ouest dont la visite demande une semaine supplémentaire.