samedi 16 septembre 2017

Mt Rainier

Parc national du Mont Rainier

2 étoiles, mérite le détour



Sites présentés dans cet article

 

Mt Rainier National Park
Chinook Pass
White Pass 

Summerland - Mt Rainier
Source Wikipedia

Ambiance : Agnus Dei (adaptation de son adagio pour cordes - 1936) - Samuel Barber, 1967

Quand le ciel est dégagé, le Mont Rainier _distant de 85 km à vol d'oiseau _ apparaît à contrejour au-dessus de l'horizon méridional de Seattle, semblant flotter comme un nuage blanc ou comme un mirage au-dessus de la Cité Émeraude. Ce volcan géant, qui est seulement endormi, culmine à 4,392 mètres. C'est le plus haut sommet de la chaîne des Cascades et du Nord-Ouest Pacifique.



L'image ci-dessus a été prise par mes soins un matin d'avril 2011 depuis le Seward Park sur les rives du lac Washington à Seattle.
 Vue du port de Tacoma, situé à moins de 70 km au nord-ouest, la présence de "La Montagne" est obsédante.




En été, une excursion au Mt Rainier est inévitable lorsque vous séjournez à Seattle ou à Tacoma. Mais "La Montagne" est timide, et se laisse difficilement approcher. Son climat est exceptionnellement pluvieux, neigeux en hiver, et une excursion au Mont Rainier est difficile en dehors des mois de Juillet et Août, où les routes sont dégagées et où la relative sécheresse saisonnière réduit les risques de mauvais temps _ sans jamais les supprimer totalement comme on le verra.


Comprendre


Le Mont Rainier est connu des tribus indiennes de la région sous le nom de "Tahoma" ou "Tacoma", terme qui désigne la plus haute montagne, plus grande "Ta" que "Koma", le Mt Baker. Son nom actuel lui a été donné par l'explorateur britannique George Vancouver en 1792, qui l'a baptisé du nom de son ami, le contre-amiral Peter Rainier. Les habitants de la région métropolitaine voisine de Seattle - Tacoma y font référence en la surnommant simplement "The Mountain", tant l'évidence de sa présence s'impose à eux. Le Rainier est un des principaux stratovolcans de la chaîne des Cascades, le 1er en altitude et en proéminence, et le 2e en volume après le Mt Shasta de Californie. c'est un volcan assez ancien, et ses premières phases d'activité volcanique semblent remonter à 840,000 ans. L'édifice actuel a commencé à s'édifier depuis 500,000 ans. Le sommet actuel s'est édifié entre 40,000 et 15,000 ans, à peu près en même temps que celui du Mt Adams (30,000 ans). L'histoire éruptive du Rainier semble indiquer un ralentissement très net de son activité volcanique depuis 15,000 ans. L'analyse stratigraphique de la période Holocène postérieure à la fin de la dernière glaciation indique
quatre grandes éruptions, remontant à 10,000 ans, 7,300 ans, 6,700 ans, 5,600 ans et 2,200 ans. Le sommet du volcan semble s'être affaissé il y a 5,600 ans (Osceola Collapse) à la suite d'une éruption phréatique. Avant cette éruption, le sommet du volcan était estimé se trouver au-dessus de 4,900 mètres d'altitude. Les lahars créés par cette éruption ont recouvert 210 km² des plaines riveraines du Puget Sound, forçant la White River à changer son cours. L'éruption "Summerland" survenue il y a 2,200 ans est la plus importante éruption récente connue. Depuis cette date, le volcan n'a connu que des éruptions mineures, dont la dernière semble remonter à 1894. Toutefois, la réalité de ce dernier événement est controversée. Le sujet de préoccupation des géologues est lié à la présence de 26 glaciers sur les flancs du Rainier. Comme il l'a déjà fait dans le passé, il y a 5,600 ans en particulier, mais aussi il y a encore 500 ans environ, une éruption sous-glaciaire, même mineure, peut suffire à provoquer la formation de nouveaux lahars. Une carte des risques a été dressée, et la partie méridionale de la région métropolitaine de Seattle - Tacoma, dont la ville de Tacoma elle même, fait potentiellement partie des zones à risque d'être touchées par les lahars du Rainier.


 source USGS - DePaul University

C'est pourquoi, en dépit de son apparence de sérénité, le Mont Rainier a été inscrit sur la liste des 16 Volcans de la Décennie qui rassemble les volcans qui posent potentiellement le plus grand danger pour la vie humaine et doivent être particulièrement surveillés à ce titre.

Le Rainier doit sa couronne de glaciers à la combinaison de sa position au 48e parallèle, de son altitude élevée (près de 4,400 mètres) et de son climat très humide, qui lui vaut des précipitations hivernales abondantes, qui tombent le plus souvent sous forme neigeuse à haute altitude. Avec le réchauffement climatique, les glaciers s'écoulent et fondent vite, mais leur alimentation en neige est aussi très abondante, ce qui fait qu'ils ne reculent que lentement, notamment sur les versants exposés au nord. Les 26 glaciers du Rainier recouvrent encore 90 km² aujourd'hui et ont un volume combiné supérieure à 4 km3 de glace. On enregistre en moyenne 16 mètres de neige chaque hiver à Paradise depuis 1920. Sur les 10 dernières années, l'hiver 2014-2015 a été exceptionnel avec seulement 6,75 m de neige, mais 8 des 10 derniers hivers ont reçu des volumes de neige supérieurs à la moyenne séculaire. Depuis que l'on y fait des relevés météo, le record insurpassé à ce jour est détenu par l'hiver 1971-1972 où il est tombé 28,5 mètres de neige à Paradise. En année normale, mi-Juillet, la neige tient encore au sol au-dessus d'une altitude de 1,500 mètres sur les versants ombragés exposés au nord, et au-dessus de 2,450 mètres sur les versants ensoleillés exposés au sud.


Histoire


Le Rainier attire les alpinistes depuis l'annexion du territoire de Washington aux États-Unis en 1846. La première tentative d'ascension remonte à 1857. En 1870, l'expédition Stevens - Van Trump réussit la première ascension au sommet. James Longmire, un colon venu de l'Indiana s'établit dans la vallée de Nisqually  où il construisit une cabane à proximité de sources thermales. Longmire était lui-même un grimpeur et sa réputation s’établit peu à peu. En 1888, il reçu la visite du célèbre naturaliste californien John Muir, qui vanta "La Montagne" dans ses écrits. Dès 1890, Longmire transforma son établissement en une auberge accueillant les alpinistes ainsi que des curistes. L'intérêt pour le Rainier conduisit le Président McKinley à signer le décret faisant du Mt Rainier le cinquième parc national des États-Unis en 1899, étendu sur un territoire de 957 km², formant grossièrement un quadrilatère d'environ 30 km de côté dont "La Montagne" occupe le centre. En 1904, le train arriva jusqu'à Ashford, à 10 km de l'angle sud-ouest du parc national dans la vallée de la Nisqually River. Le Longmire Springs Hotel devint le premier Lodge du parc national. Cet hôtel a été détruit par un incendie en 1926, seule son annexe construite en 1916 a survécu, formant le National Park Inn actuel. La construction d'une route fut entreprise en 1908 entre Longmire à Paradise pour permettre aux visiteurs de parvenir aisément jusqu'à la base du Glacier Nisqually, à l'époque, distant seulement de 500 mètres du pont par lequel la route de Longmire à Paradise franchit la Nisqually River (plus de 2,250 mètres aujourd'hui). En 1915, la route atteint le site de Paradise. En 1917, on inaugure le Paradise Inn, le Lodge de montagne du parc national à 1,670 mètres d'altitude. Le Wonderland Trail encerclant la montagne sur un circuit de 150 kilomètres est achevé en 1916.
Depuis cette époque de mise en tourisme intensive, la mission du parc national a évolué vers une meilleure préservation de l'environnement. Cependant, les infrastructures du parc se sont encore améliorées. Le secteur de Sunrise a été ouvert à la visite avec la construction d'une route et d'un centre de découverte entre 1932 et 1944. L'est du parc national est desservi par les routes WA-410 et WA-123 qui se joignent au Cayuse Pass (alt. 1431 m). Dernier aménagement du parc, la Stevens Canyon Road a été construite entre 1931 et 1957, établissant la connexion entre Paradise et Ohanapecosh. Depuis cette date, l'aménagement du frontcountry du parc national a cessé.


Environnement


Le parc national du Mt Rainier préserve la qualité des eaux qui divergent de la montagne et alimentent les rivières de toute une vaste région centrale de l'état de Washington. Avec une extension en altitude qui va de 547 mètres à l'angle sud-est du parc dans la vallée de l'Ohanapecosh River jusqu'au sommet de Columbia Crest à 4,392 mètres, le parc national protège trois écosystèmes différents représentés dans ses limites. La forêt recouvre 58 % de son territoire sur les flancs inférieurs de La Montagne. La forêt pluviale du Pacifique se retrouve partout en dessous de 800 mètres d'altitude. On y retrouve la flore de l'Alaska et des forêts de montagne de la péninsule Olympique.




Carbon River, Longmire et Ohanapecosh sont les meilleurs sites de découverte de la forêt. Sa composition floristique se transforme à l'étage montagnard qui s'élève jusqu'à 1,200 mètres d'altitude sur les versants ombragés et 1,800 mètres sur les versants ensoleillés. Au-dessus de cette limite, on entre dans l'étage subalpin. les arbres sont plus petits, plus clairsemés et les bosquets sons séparés par des prairies abondamment fleuries en été.










La zone subalpine s'élève au-dessus de 1,200 mètres jusqu'à la limite de l'arbre, qui s'élève jusqu'à 1,500 mètres sur les versants nord et 2,100 mètres sur les versants sud. C'est la plus belle partie du parc national  du Mt Rainier, celle qu'il faut absolument visiter en Juillet-Août, qui vous laissera des souvenirs inoubliables. Deux sites s'imposent pour découvrir l'étage subalpin sans s'exposer à de longues randonnées épuisantes : Paradise sur le versant sud du volcan et Sunrise sur son flanc nord-est. Situé à la limite orientale du parc, le col de Chinook Pass (alt. 1,657 m) sur la route WA-410 en direction de Yakima offre aussi de beaux paysages subalpins. L'étage subalpin se prolonge en altitude sous la forme d'une prairie subalpine au-dessus de la limite de l'arbre. Les prairies subalpines recouvrent 23 % de la superficie du parc national. Leur densité décroît au fur et à mesure que l'on monte en altitude, la prairie devient une toundra éparse dont la saison végétative ne commence pas avant la fonte des neiges, généralement guère avant la mi-Juillet, 2015 a été une exception, et se termine avec le retour du gel et des premières neiges en Octobre.



Les glaciers ne recouvrent plus que 9,5 % de la superficie du parc, laissant de plus en plus la place aux pierriers qui sont peu à peu colonisés par la toundra avec le changement climatique. 
On trouve aussi des rivières et des lacs aux eaux cristallines sur les flancs de la Montagne, qui abrite une grande diversité de faune. Parmi les espèces de mammifères supérieurs, on trouve des ours noirs, des cougars, des chèvres des montagnes et des wapiti. Le Mt Rainier n'est pas un parc national réputé pour l'observation de la faune. Bien que la Montagne soit entourée d'une zone tampon de forêts protégées, son écosystème naturel est relativement petit et proche des régions densément peuplées à l'ouest et au nord. Avec un peu plus de 1,15 millions de visiteurs très concentrés sur les mois de Juillet et Août, le Mt Rainier prend des allures de parc urbain démesuré durant les fins de semaine ensoleillées d'été quand les citadins viennent se détendre et se dégourdir les jambes à Paradise ou à Sunrise.



Le parc national du Mt Rainier est idéalement aménagé pour la randonnée à tous niveaux, que ce soit des petites marches faciles de quelques heures pour les visiteurs les moins aguerris comme moi-même ou que ce soit de longues courses à la journées ou encore de la randonnée au long cours dans l'arrière pays avec un backcountry permit au long du Wonderland Trail ou du Pacific Crest Trail qui tangente le parc à l'est dans la Mt Baker Snoqualmie National Forest par exemple. Enfin, le Mt Rainier est un spot d'alpinisme pour près de 10,000 personnes qui entreprennent encore chaque année la périlleuse ascension du plus haut sommet de l'état de Washington.


Visiter


Bien que le parc national soit relativement petit, il n'est pas possible de faire le tour de tous les secteurs accessibles en voiture en une seule journée en raison des temps de route assez longs pour aller d’une zone à l’autre. Passer une nuit dans le parc permettra de profiter des plus belles lumières si la météo s'y prête. Une ou plusieurs étapes sont indispensables pour permettre de longues randonnées. Les randonneurs sérieux peuvent passer 10 à 15 jours pour parcourir le Wonderland Trail, une boucle de 150 km de sentiers de montagne qui fait tout le tour du volcan entre 1,000 m et 2,150 m d’altitude. 

Dans cette section, je vais m'attacher à décrire le frontcountry du parc national, en commençant par son secteur le plus fréquenté, l'angle sud-ouest accessible à partir de la Nisqually Entrance et la route de 29 km _ ouverte à longueur d'année si possible _ qui dessert Longmire et Paradise.



Nous avons visité le Mont Rainier deux fois en Juillet 2009 et Août 2010, avec des conditions météorologiques variées. L'expérience de La Montagne est très tributaire de la météo, et la capricieuse Montagne crée son propre temps, assez imprévisible.




Dans notre circuit virtuel, nous entrons dans le parc national du Mt Rainier par la Nisqually Entrance en provenance de la région métropolitaine de Portland. Au départ de Vancouver, WA, la Nisqually Entrance est distante de 203 km, un trajet qui se parcourt en 2 heures seulement par l'autoroute 5 jusqu'à la sortie 68, la route nationale US-12 jusqu'à Morton, puis la route WA-7 qui rejoint la route d'entrée du parc WA-706 à Elbe. Il faut à peu près le même temps pour venir du centre de Seattle, même si la distance est moindre (134 km), l'encombrement des autoroutes urbaines et les limitations de vitesse ne permettent pas d'arriver plus vite. Tacoma est à 85 km de la Nisqually Entrance, une distance qui se parcourt en à peu près 1h15. Il faut compter 1h30 pour parcourir les 100 kilomètres de route qui séparent la Nisqually Entrance de Olympia, la capitale d'état. C'est un itinéraire intéressant pour un visiteur qui entend enchaîner directement la visite du parc national Olympique et celle du parc national du Mt Rainier.



On trouve une première option de randonnée à 6 km de la Nisqually Entrance avec le Kautz Creek Trail, dont le début facile longe la vallée du torrent Kautz Creek avant de commencer l'ascension des versants sud-ouest de La Montagne. L'ascension modérée du premier mile (1,6 km) de sentier jusqu'à la passerelle qui traverse le torrent et retour offre une bonne option de découverte de la forêt entre 738 m et 805 mètres d'altitude.






Situé à 11 km à l'est de l'entrée, Longmire (alt. 824 m.) est le site historique le plus anciennement aménagé du parc national.





On y trouve  le siège de l'administration du parc installé dans les bâtiments historiques du 19e siècle. D'autres bâtiments abritent un musée, un centre de découverte, un magasin général et le Lodge National Park Inn qui est ouvert à longueur d'année.

La route  monte ensuite sur 18 km entre le centre de découverte de Longmire et le Henry M Jackson Visitor Center, à Paradise. L'itinéraire est déjà très pittoresque en soi.



Plusieurs arrêts sont à prévoir. Christina Falls,



 et Narada Falls sont les deux cascades les plus accessibles le long de cette route.



Paradise est l'épicentre du parc national, et le site le plus fréquenté. Outre le Henry M. Jackson Visitor Centre qui a été entièrement reconstruit en 2008, le site abrite le Lodge historique du Paradise Inn (1,670 m d'altitude), une option d'étape dans le parc national qui peut vous permettre de répartir votre visite du parc national de manière optimisée sur 2 jours.




Les conditions météorologiques à Paradise sont dictées par la montagne, qui peut s'envelopper subitement d'épais nuages, même pendant la saison sèche estivale, comme nous l'avons appris à nos dépens en Août 2010.



Il fait froid à cette altitude, dès que le temps se couvre, mais la visite du centre de découverte reste intéressante en toutes circonstances. En plein air, quand les choses éloignées se dérobent au regard, il faut s'intéresser à celles qui sont proches. La végétation reste toujours très belle en plein été.








Il peut aussi arriver que les nuages se dissipent, révélant la beauté du site. les nuages lenticulaires sont une spécialité du Mont Rainier. ces nuages en formes de soucoupes volantes sont créés par les ascendances provoquées par la Montagne.




Lorsque la météo se montre coopérative, on comprend pourquoi la petite fille de James Longmire a surnommé ce site Paradise lors de sa première visite en été.








Le site est assez escarpé, et propose de nombreux sentiers de randonnée plus ou moins difficiles à flanc de montagne entre 1,600 et 2,150 mètres d'altitude. On peut citer par exemple le Skyline Trail, une boucle de 8 km qui franchit un dénivelé vertical de 485 mètres entre le Paradise Inn et le panorama de Glacier Vista. Plus praticable, le Nisqually Vista Trail offre des vues magnifiques sur la vallée creusée par le glacier Nisqually au départ du second parking situé en contrebas 800 mètres à l'ouest du Paradise Inn. Ce sentier forme une boucle modérément difficile de 2 km à travers la prairie subalpine, avec 60 mètres de dénivelé en descente à l'aller.





La pleine beauté du site se dévoile sous le soleil. N'espérez pas cependant être les seuls à vouloir en profiter. En fin de semaine, le stationnement peut poser quelques difficultés en milieu de journée.

Trop de visiteurs viennent visiter La Montagne sur une seule journée, s'arrêtent à Paradise avant de repartir par la Nisqually Entrance. Il est prudent de prévoir 1 heure de conduite pour parcourir les 29 km de ce trajet, souvent encombré et en travaux. Ce faisant, ils manquent quelques uns des plus jolis sites du parc situés plus à l'est.

En partant du Paradise Inn, la route du Stevens Canyon permet de relier l'ouest et l'est du parc national depuis 1957. La route descend de Paradise à Ohanapecosh  (alt. 579 m) en 38 km. Il faut prévoir une heure de conduite pour relier les deux centres de découverte. Ici aussi, il faut prévoir des étapes.




La route passe à proximité du Reflexion Lake un peu moins de 6 km à l'est de Paradise. C'est sans doute l'un des sites les plus photographiés du parc national, à défaut d'être le plus spectaculaire.



Un peu plus loin, 8 km à l'est de Paradise, un parking situé sur le côté sud de la route marque le point de départ de l'une des randonnées à la journée du Mt Rainier qui offre sans doute l'un des meilleurs rapports coût (mesuré en termes d'efforts) - bénéfice (exprimé en beauté des paysages). La randonnée des lacs Bench et Snow fait un aller-retour de 4 km avec un dénivelé vertical de 55 mètres pour aller admirer deux petits lacs de montagne nichés au creux d'anciens cirques glaciaires sur les versants du Tatoosh Range, vestige d'une ancienne caldeira d'une phase précoce du volcan qui ferme le parc national en direction du sud.



 Sur le chemin du retour, la traversée de la prairie subalpine de l'épaulement appelé The Bench (env. 1,430 m d'altitude sur un versant exposé au nord) offre de belles vues sur le sommet de La Montagne.



Le long du Stevens Canyon, la route franchit un canyon latéral, le Box Canyon où la Muddy Fork Cowlitz River se fraie un chemin à travers une gorge étroite de 45 mètres de profondeur taillée dans une ancienne coulée de lave compacte.

La vallée de l'Ohanapecosh River abrite les plus belles futaies de forêt pluviale du Pacifique dans les limites du parc national. Long de 2,5 km sans grand dénivelé, le sentier de découverte du Grove of the Patriarchs permet d'accéder facilement à une superbe futaie de sapins Douglas et de thuyas géants de l'Ouest (Western red cedars) dont certains sujets ont plus de 800 ans. Le sentier s'embranche sur la Stevens Canyon Road à proximité de son intersection avec la route WA-123.
 

On accède au bosquet des patriarches en traversant l'Ohanapecosh River par une passerelle suspendue.





Sur l'autre rive, un sentier de bois a été aménagé pour faciliter l'approche des arbres géants qui poussent dans une zone humide.



Situé un peu plus de 4 km vers le sud le long de la route WA-123, le centre de découverte de Ohanapecosh présente une belle exposition sur les écosystèmes des flancs forestiers de la montagne. Une tranche du tronc d'un sapin Douglas de près de 3 mètres de diamètre coupé en 1963 montre que cet arbre monumental avait atteint l'âge de 670 ans en pleine santé avant de tomber sous la hache des bûcherons. Des étiquettes permettent de mesurer l'étendue du temps traversée par cet arbre durant sa longue vie.



La route du Stevens Canyon n'est ouverte au public que de Juin à Octobre.

Pour sa part les routes WA-123 et WA-410, ouvertes à la circulation de Mai à Novembre, traversent la bordure orientale du parc national sur 35 km du nord au sud et se rejoignent au Cayuse Pass (1,431 m). De cette intersection, la route WA-410 poursuit sa route vers l'est en direction de Yakima par le Chinook Pass (1,657 m). Cette porte d'entrée orientale du parc et le Tipsoo Lake forment un beau paysage, à découvrir de préférence le matin quand le Rainier est éclairé par le soleil levant. De bon matin, La Montagne se drape fréquemment dans les nuées.









Le trajet entre le centre de découverte d'Ohanapecosh et le Chinook Pass demande une demi-heure de conduite (26 km).



Depuis le Chinook Pass, on accède au secteur de Sunrise en prenant la route WA-410 vers le nord sur 12 kilomètres (15 minutes). Inaugurée en 1944, la route de Sunrise remonte la vallée de la White River avant d'escalader les 900 mètres de dénivelé du Sunrise Ridge qui en ferme le versant nord pour grimper par une succession de virages en épingle à cheveux jusqu'à la prairie subalpine du Yakima Park à 1,950 mètres d'altitude. Cette route goudronnée, la plus haute de l'état de Washington, est ouverte au trafic de Juillet à début Octobre.





Cet itinéraire de 25 km demande une demi-heure de conduite plus les temps d'arrêt. Il ne faut pas manquer en effet de s'arrêter au moins à Sunrise Point. Un parking est aménagé à la hauteur de la dernière épingle à cheveu de la route. Le virage ouvre des points de vue panoramiques dans toutes les directions.








De ce point de vue, on aperçoit le sommet du Mt Adams en direction du sud-est. Un petit lac est visible en contrebas sur le versant nord du ridge.



Notre visite matinale à Sunrise et la randonnée que nous avons faite sur le Sunrise Ridge jusqu'au Frozen Lake en Juillet 2009 est sans doute le plus beau souvenir que je conserve de mes visites au Mt Rainier.



Idéalement, il faut visiter Sunrise le matin, pour éviter que La Montagne n'apparaisse à contrejour.




Un grand centre de découverte et un restaurant sont ouverts au public au bout de la route. Le site est très fréquenté en été, surtout en fin de semaine quand le temps est dégagé. Situé à 154 km de Seattle, Sunrise est à 2 heures de route du centre ville sans compter les encombrements, et 1h40 seulement de Auburn (110 km) alors que Paradise se trouve à 166 km du centre de Seattle et 2h30 de route, plus les délais supplémentaires de congestion.



Sunrise est le point de départ de randonnées magnifiques, ce qui explique qu'il faut s'arranger pour arriver assez tôt le matin, avant 10 heures le Samedi et le Dimanche pour éviter les difficultés de stationnement et disposer d'un temps suffisant pour les randonnées.

Le Shadow Lake Trail propose une boucle de 5 km, 55 mètres de dénivelé vertical de difficulté moyenne.



Le Surdough Ridge Trail propose différents circuits de longueur et de difficulté variable qui permettent de monter très progressivement jusqu'à l'étage de la toundra sans trop de difficulté.

Nous avons fait la randonnée du Frozen Lake en 2009 (5 km aller-retour, dénivelé vertical de 110 mètres).



Dege Peak est une autre destination favorite (5,5 km aller-retour, dénivelé vertical de 90 mètres). Il est possible de combiner les deux randonnées.



Depuis Dege Peak (2,136 m) la vue porte très loin en direction du nord.



Tout le secteur de Sunrise se trouve à l'étage subalpin. La floraison des prairies forme un décor enchanteur d'une grande diversité qui parvient à son apogée entre le 14 Juillet et le 15 Août.



















Mais le plus beau est l'effet d'ensemble que donnent ces prairies fleuries.







Les marmottes sont les animaux que l'on a le plus de chance de surprendre à Sunrise.



Sunrise donne une vue imprenable sur le Emmons Glacier, le plus grand du Mt Rainier.



De nombreux autres glaciers plus petits sont bien visibles sur le versant nord du volcan, beaucoup plus enneigé que le versant sud visible depuis Paradise.



Le Frozen Lake est un minuscule lac proglaciaire.



Nous avons rebroussé chemin au pied de la Burroughs Mountain, parvenus à 2,100 mètres d'altitude à la limite de l'étage subalpin et de la toundra alpine sur le versant nord de La Montagne.
 

A partir de là, le chemin s'élève progressivement vers le sommet en direction du refuge de Camp Schurman fréquenté par les alpinistes.




Si La Montagne attire tous les regards, les panoramas en direction du nord ne manquent pas non plus de caractère.



Je me suis rendu à l'angle nord-ouest du parc national en avril 2011. La Carbon River Entrance conduit à un secteur de forêt pluviale assez accessible de Seattle, dont le centre-ville n'est distant que de 1h45 de route (100 km). C'est un secteur très tranquille du parc national depuis les inondations de 2006 qui ont conduit à fermer la route au trafic au-delà des limites du parc. En dépit de l'altitude relativement faible (573 m), j'ai été contraint de rebrousser chemin suite au déclenchement soudain d'une averse de neige pour me rendre à Tacoma, distante de 62 km (1h15 de route).










Itinéraires alternatifs


Au lieu de dormir dans les limites du parc national, une option consiste pour un visiteur pressé à faire une excursion à la journée au Mont Rainier depuis la région de Seattle. à condition de ne pas résider trop loin du parc, en partant par exemple à Tacoma, Federal Way ou Auburn dans la partie méridionale de la région métropolitaine, ou mieux, au Crystal Mountain Resort la veille de la visite, il est possible toutefois d’avoir un bon aperçu du parc sur une journée en parcourant un trajet routier qui commence à Sunrise le matin, puis continue par Ohanapecosh et Paradise et s’achève à Longmire en fin d’après-midi.



La carte ci-dessus représente un itinéraire en boucle de 329 km au départ de Auburn qui demande 5h30 de conduite, un temps suffisant pour des visites incluant les points de vue aménagés, les expositions et les sentiers de découverte proches des centres d'accueil, mais pas pour randonner dans le parc.

Il existe d'autres itinéraires de découverte du Mt Rainier. On peut y arriver par l'est en provenance de Yakima dans l'hypothèse d'un voyage à travers les Montagnes Rocheuses de Denver à Seattle au cours duquel on ne peut pas consacrer beaucoup de temps au Nord-Ouest Pacifique, il serait dommage de ne pas visiter tout de même le Mt Rainier, qui est si proche de Seattle.



De Yakima, deux itinéraires alternatifs mènent au Mt Rainier. Par le nord, la route WA-410 conduit au Chinook Pass (106 km, 1h30 de conduite) en remontant la vallée de la Naches River.



Cette route de montagne, que nous avons pris en Juillet 2009, permet d'accéder à Sunrise en 2h30 de route.
Autrement, il est possible d'atteindre le Centre de découverte d'Ohanapecosh par la route nationale US-12 et le White Pass (1,372 m). Cette route plus facile est d'une longueur de 112 km et demande 1h20 de conduite. Sur ce trajet que nous avons parcouru en Août 2010, il faut s'arrêter sur le versant oriental du White Pass pour admirer la belle cascade du Clear Creek Fall, haute de 70 mètres.



Cet itinéraire permet d'atteindre Paradise en 2 heures au départ de Yakima.

Le parc national du Mont Rainier est de plus en plus populaire. Il a attiré 1,35 millions de visiteurs en 2016. La saison de visite étant assez courte, ses parkings souffrent de congestion, notamment en fin de semaine quand il y a du beau temps en Juillet et Août. Il faut donc être attentif à ces difficultés, ainsi qu'aux éventuels travaux routiers quand on visite ce parc.

Poursuivre le voyage aux alentours

 

Mt St Helens

Seattle

Olympic

Portland

Discovery Coast

Spokane