samedi 28 avril 2018

Banff

Le premier parc national du Canada

3 étoiles, vaut le voyage

 

Sites présentés dans cet article

 

Banff National Park
 - Banff Town
 - Bow Valley Parkway
 - Sunshine Meadows
 - Lake Louise & vicinity

 

La source thermale de Banff est à l'origine du classement du parc national (1885)
source J.M. Zaninetti, 2016


Ambiance : Going Home - William A. Fisher, 1922, arrangement du largo de la Symphonie du Nouveau Monde - Antonin Dvorak, 1893

Créé en 1885 autour de sources thermales, le parc national de Banff est le premier de l'histoire du Canada et le deuxième parc national du monde après celui de Yellowstone aux États-Unis




En 1883, comme les Autochtones l'avaient fait bien avant eux, trois cheminots travaillant pour le compte du Canadian Pacific Railway (CPR) à la construction de la première ligne de chemin de fer transcanadienne découvrent une source thermale jaillissant d'une caverne au pied du Mt Sulphur dans la vallée de la rivière Bow dans les Montagnes Rocheuses à l'est de la ligne de partage des eaux continentales. Deux ans plus tard, le CPR rachète les sources aux trois découvreurs et obtient du premier ministre Sir John A. Macdonald la proclamation du tout premier parc national du Canada. Au moment où la pose du clou d'or à Craigellachie en Colombie Britannique concrétisait la promesse d'unifier la jeune Confédération Canadienne d'un océan à l'autre, le classement d'une parcelle de 26 km² en parc national semble un événement insignifiant. Plus de 130 ans plus tard, cette décision s'est révélée encore plus importante que la construction épique du chemin de fer du CPR. Banff est aujourd'hui l'une des destinations touristiques les plus recherchées du monde. 




Le parc national a été agrandi progressivement pour englober un territoire de 6 641 km² où abondent de splendides montagnes âgées de 45 à 120 millions d'années et des lacs aux eaux cristallines qui font sa notoriété mondiale. Plus de 1000 glaciers subsistent dans ce parc en dépit d'un recul rapide dans le contexte du réchauffement climatique. Le parc national de Banff occupe une position centrale dans l'ensemble des parcs nationaux des Rocheuses Canadiennes qui lui sont tous limitrophes. Il communique avec le parc national de Jasper par la Promenade des Glaciers au franchissement du col Sunwapta (alt. 2055 m) qui forme la ligne de partage des eaux entre les bassins versants des fleuves Mackenzie et Saskatchewan.
Il communique avec le parc national Yoho par le col du Cheval qui Rue qui franchit la ligne de partage des eaux continentales (alt. 1647 m) et avec le parc national Kootenay par le col Vermilion
qui franchit aussi la ligne de partage des eaux continentales (alt. 1640 m).




S'il n'est pas le plus étendu des parcs des Rocheuses Canadiennes, il est de loin le plus fréquenté avec plus de 3,6 millions de visiteurs en 2015.  Il confine au sud-est avec le Kananaskis Country par la vallée Bow et la ville porte de Canmore. Enfin, la ville de Banff, sise au sud du parc national, n'est qu'à 1,5 heure de route de la métropole de Calgary, distante de 127 km par l'autoroute Trans-Canadienne n°1.

De nos jours, les trains de passagers ne desservent plus la gare de Banff, qui ne voit plus passer que des convois de marchandises sur la ligne historique du CPR, mais un service d'autobus direct dessert toujours le site de Banff au départ du centre de Calgary et de son aéroport international. Les informations pratiques peuvent être obtenues auprès de l'office de tourisme de Banff.

Le parc national de Banff a une signification historique et culturelle. Six sites et monuments du parc sont érigés au rang de Lieux Historiques Nationaux (LHN).

Visiter le parc national de Banff


La question de l'hébergement est abordée de manière générale dans l'article consacré aux parcs nationaux des Rocheuses canadiennes.
Les visites du parc en voiture ou en tour organisé par autobus sont les modes les plus courants, même si le parc national de Banff se prête aussi très bien à une découverte à bicyclette. Ouvert à longueur d'année, le parc national de Banff propose un éventail très large d'activités et de lieux à visiter. En hiver, il propose trois stations de ski, le Mt Norquay, Sunshine Meadows et Ski Louise. Les infrastructures de ces stations sont aussi utilisées en été notamment pour monter plus facilement en altitude avec les télécabines de Ski Louise et de Sunshine Meadows. La saison de ski dure la moitié de l'année de novembre à mai. L'hiver est aussi une bonne saison pour l'observation de la faune, notamment celle des loups. Le printemps (fin mai et juin) et l'automne (septembre-octobre) sont aussi de bonnes saisons pour l'observation de la faune dans la vallée Bow, en particulier celle des oiseaux.
Cependant, l'été (juillet - août) est la haute saison des visites, avec toute une gammes d'activités de plein air impraticables le reste de l'année en montagne en raison de la neige et du froid. Comme à Yellowstone aux États-Unis, la concentration des visiteurs sur seulement deux mois de l'année n'est pas sans causer quelques problèmes de congestion sur les sites les plus populaires, notamment dans la ville de Banff et à proximité des lacs Louise et Moraine. Un visiteur qui découvre Banff durant un long week-end de congés en plein milieu de l'été peut être déçu de son expérience du fait des galères de stationnement à Banff et Lake Louise, mais heureusement, la beauté du parc national de Banff n'est pas superficielle, et au-delà des cartes postales, il reste beaucoup d'endroits très calmes pour profiter de la nature, omniprésente, à la condition d'être en bonne forme physique. En effet, c'est par les activités de plein air que le parc national de Banff révèle tout son potentiel. La randonnée en montagne est l'activité reine dans le parc national. Une bonne condition physique est indispensable, car les sentiers principaux présentent des dénivelés importants, de plusieurs centaines de mètres. Une préparation appropriée est donc requise pour les randonnées à la journée, et plus encore pour les randonnées de plusieurs jours dans l'arrière-pays, qui nécessitent un permis de Parcs Canada.

Randonner dans le parc national de Banff expose au risque de rencontrer des ours, et en particulier des grizzlies sur les sentiers. Un minimum de règles de prudences s'imposent. Il est surtout recommandé de randonner en groupes bruyants, les ours évitent les hommes quand ils ne sont pas surpris par leur intrusion dans leur espace vital. Il arrive que des sentiers soient fermés au public en raison de la présence d'ours ou éventuellement de loups. Les informations pratiques sont mises à jour sur le site du parc. La saison de la randonnée est restreinte de juillet à la mi-septembre. Tous les sentiers ne sont pas entièrement déneigés tous les ans avant la fin juillet. Dans tous les cas, il est recommandé de se renseigner auprès des rangers dans l'un des centres d'accueil du parc avant de se lancer dans une randonnée de plusieurs heures. Le principal centre d'accueil se trouve à Banff même, à l'intersection de l'autoroute Trans-Canadienne. Un autre bureau d'information est ouvert dans le village de Lake Louise. Les voyageurs arrivant de l'ouest peuvent se renseigner sur Banff auprès du centre d'accueil du parc national Yoho à Field. Pour ceux qui arrivent du nord par la Promenade des Glaciers, des renseignements sont disponibles au Centre du Champ de Glace dans les limites du parc national de Jasper.


Même sans randonner, la découverte des principales curiosités du parc national de Banff demande plus d'une journée. Ce chapitre va se concentrer sur les curiosités accessibles de la moitié sud du parc de Banff à Lake Louise. Le prochain chapitre s'intéressera plus spécifiquement à la partie nord du parc national de Banff le long de la route panoramique "Promenade des Glaciers".

La ville de Banff


source J.M. Zaninetti, 2016

Banff est devenue une véritable ville, entièrement dédiée au tourisme. Un grand nombre de visiteurs se pressent dans cette ville, qui est surtout célèbre pour son hôtel-château historique, le fameux Fairmont Banff Springs dont la silhouette néo-gothique est aussi emblématique du Canada que peut l'être celle du "Chateau Frontenac" à Québec dans l'est. Si vous êtes en fond, vous pouvez même envisager de dormir dedans et de rêver au luxe des classes dominantes de la Belle Époque et des Années Folles. Il vous en coûtera environ $500 CAD par nuit pour une chambre standard.

source J.M. Zaninetti, 2016

Le palace se trouve sur un site écarté de la ville au-dessus des chutes de la rivière Bow. La vallée de la rivière Spray lui fait un écrin forestier de toute beauté.

source J.M. Zaninetti, 2016

qui donne l'illusion, vu du belvédère de Surprise Corner, qu'il se trouve en pleine nature. Il n'en est rien, l'hôtel est simplement tout au bout de la ville, dont le cœur commercial se trouve sur Banff Avenue sur l'autre rive de la rivière Bow.

source J.M. Zaninetti, 2016

La ville de Banff cultive un style pseudo Suisse en phase avec sa prétention d'être l'équivalent canadien de Davos ou de St Moritz. En tout cas, c'est snob et tout y est hors de prix. L'imitation est bien réussie en ce sens... Le stationnement autour de Banff Avenue peut être problématique les jours de grande affluence.

source J.M. Zaninetti, 2016

Au bout de cette rue, on trouve le LHN du Musée du parc national de Banff. Créé en 1895, ce muséum d'histoire naturelle, consacré à l'écosystème des Rocheuses Canadiennes, occupe son bâtiment de bois actuel depuis 1903. L'architecte l'a conçu en "style pagode". Un visiteur contemporain peut être étonné, voire dérangé, par ses collections d'animaux empaillés. 

source J.M. Zaninetti, 2016

Il faut imaginer que les visiteurs de la Belle Époque venaient prendre les eaux à Banff et ne s'aventuraient jamais en pleine nature. Ils ne voyaient donc pas la faune sauvage "en live", mais soit dans des zoos, soit sous la forme d'animaux naturalisés comme dans ce musée historique.

source J.M. Zaninetti, 2016

Le LHN Cave and Basin est l'autre site historique important de Banff. Situé à l'écart de la ville sur l'autre rive de la Bow, ce site a été fermé au public dans les années 1990. Les eaux sulfureuses attaquaient le béton de la piscine et rendait l'installation dangereuse. Le site a été restauré dans son état des années 1930 et ouvert à la visite en 2010.

source J.M. Zaninetti, 2016

L'administration du parc occupe un manoir de style néo-renaissance au milieu du beau parc des Cascade Gardens en face du pont menant à Banff Avenue à l'intersection des routes conduisant d'un côté aux Cave et Bassin et de l'autre à l'hôtel Fairmont.

source J.M. Zaninetti, 2016

Il est toujours possible de se baigner dans des piscines thermales à Banff. Il suffit pour cela de monter Mountain Avenue sur 5 km à partir des Cascades Gardens pour trouver les Banff Upper Hot Springs perchées sur les flancs du Mt Sulphur.

source J.M. Zaninetti, 2016

Ces sources très populaires sont accessibles en échange d'une redevance modeste. Elles souffrent cependant d'une certaine surfréquentation estivale, et il est préférable de s'y rendre en matinée les jours ensoleillés.

source J.M. Zaninetti, 2016

Le téléphérique de Banff Gondola est une autre attraction très populaire située à proximité des sources. Il permet d'accéder au sommet du Mont Sulphur
Dans la station supérieure se trouve un restaurant panoramique.


Un sentier de bois avec des escaliers, long de 300 mètres, permet en fait d'accéder au site de l'ancienne station météo et de l'observatoire des rayons cosmiques du Mt Sulphur (alt. 2450 m). Construit en 1956, ce laboratoire a été fermé en 1978 et a été démoli en 1981. Classé LHN par Parcs Canada, un monument marque son emplacement.


source J.M. Zaninetti, 2016
 
Depuis ce point culminant, on bénéficie d'un panorama à 360°. On voit en particulier très bien le site urbain de Banff 1000 mètres d'altitude en contrebas.



source J.M. Zaninetti, 2016

  Pour ceux qui ne veulent pas débourser les $69 CAD HT par personne du Banff Gondola, il est possible d'avoir une vue panoramique surplombante depuis la route du Mt Norquay. le défaut de cette route est de se trouver au nord de la ville, ce qui la met à contrejour en milieu de journée, mais la vue devient intéressante en fin d'après-midi sur la ville nichée entre le Mt Rundle (à gauche) et le Mt Sulphur (à droite).



source J.M. Zaninetti, 2016

Situé 10 km à l'est de Banff, le lac de barrage Minnewanka offre de beaux paysages. Des tours en bateaux sont organisés sur le lac.



source J.M. Zaninetti, 2016

  Il existe de nombreuses possibilités de randonner autour de Banff. certaines sont exigeantes comme le sentier du Mt Sulphur depuis le parking des Upper Hot Springs (5,5 km aller, 600 mètres de dénivelé vertical). D'autres sont faciles comme le sentier des Hoodoos au pied du mont Rundle (4,8 km aller, pas de dénivelé depuis le belvédère de Surprise Corner) ou le sentier des Fenlands (boucle à plat de 2 km derrière le centre d'accueil).


Les Sunshine Meadows


Les Sunshine Meadows sont l'un des joyaux cachés de Banff. Cette station de ski se trouve à 19 km à l'ouest de Banff. On y accède par une petite route qui se termine par un parking à partir duquel il faut emprunter les bus de navettes de la station, été comme hiver. Un ticket aller-retour coûte $29 CAD par personne depuis le parking de la station, ou bien $55 CAD par personne depuis Banff, où la station collecte les clients qui le demandent. En fin de semaine, du vendredi au dimanche entre le 1er juillet et le 5 septembre, les bus de navette sont remplacés par la télécabine accessible depuis le parking de la station (9h-18h, $39 CAD pp). La télécabine conduit au lodge, situé à 2210 m d'altitude au pied du domaine skiable. En été, la station de ski se transforme en point de départ de sentiers de randonnée à la limite supérieure de l'arbre. Long de 2,5 km (aller) avec un dénivelé vertical de 100 mètres, le sentier de Rock Isle est une bonne option de randonnée à la journée dans les prairies subalpines fleuries fin juillet - début août (alt. maxi 2275 m). Il n'est d'ailleurs pas nécessaire de descendre jusqu'au bord du lac, le panorama est déjà très beau au bout de 2 km, mais si l'on veut échapper au contrejour de la mi-journée, il vaut mieux faire la randonnée le matin. 

Source Wikipedia

Source Wikipedia

Compte-tenu des contraintes d'accessibilité, il est préférable de résider sur Banff pour visiter les Sunshine Meadows et s'y rendre de manière opportuniste quand le temps se fait beau. Une grande demi-journée est le temps minimum qu'il faut lui consacrer. Le guide Lonely Planet a classé les Sunshine Meadows au 1er rang des sites de randonnée du Canada. Sunshine est aussi le point de départ de longues randonnées de plusieurs jours dans l'arrière pays, dont l'accès pédestre sans doute le moins difficile au Mont Assiniboine par le sentier du Citadel Pass (29 km, permis obligatoire).


La Promenade de la vallée Bow


La route Promenade de la vallée Bow double l'autoroute Trans-Canadienne par l'est sur 56 km entre Banff et Lake Louise. L'excursion prend entre une demi-journée et une journée complète selon que l'on randonne plus ou moins. de Mars à Juin, cette route est fermée entre 18h et 9h du matin pour préserver la faune sauvage. Cet itinéraire est ponctué de belvédères, d'aires de pique nique aménagées et de départs de promenade.

source J.M. Zaninetti, 2016

Près de Banff, la vue sur les wetlands de la vallée Bow est déjà intéressante. En dehors de ce panorama, je n'ai pas trouvé cette route très panoramique pour ma part, car elle traverse principalement des forêts dans la partie sud entre Banff et Castle Junction.



source J.M. Zaninetti, 2016

  Au bout de 18 km, la route parvient à l'attraction la plus populaire, le Canyon Johnston.


Source Wikipedia

Il faut prévoir 20 minutes par une passerelle construite en encorbellement à flanc de canyon pour accéder aux chutes inférieures à 1,2 km du parking. La randonnée devient ensuite un peu plus exigeante car il faut doubler ce temps pour monter aux chutes supérieures (1,6 km aller). Nous n'avons pas pu visiter ce site, car nous y étions le Lundi 1er août, qui est un jour férié et avec un grand soleil en cette fin de semaine prolongée, le parc de Banff était littéralement pris d'assaut par les visiteurs et des voitures étaient repoussées loin des parkings complets et stationnaient pendant des kilomètres au long de la route.
Toutefois, voici un aperçu des chutes inférieures,


Source Wikipedia

et des chutes supérieures.


Source Wikipedia

Notre mésaventure au Canyon Johnston illustre le talon d'Achille de cette Promenade de la vallée Bow, la surfréquentation estivale en fin de semaine dès que la météo est propice. Comme la ville de Banff, cette partie du parc national est trop facilement accessible depuis Calgary.

Au nord du Canyon Johnston, la route parvient à Castle Junction où l'on trouve un lodge et une station service. Le site donne une belle vue sur la Castle Mountain, ainsi baptisée en raison de la forme de ses sommets dénudés.  

source J.M. Zaninetti, 2016

Castle Junction se trouve à l'intersection entre la promenade de la vallée Bow et la route Banff - Windermere qui monte à l'ouest vers le col Vermilion et donne accès au parc national Kootenay. On trouve à proximité un échangeur de l'autoroute Trans-Canadienne.

source J.M. Zaninetti, 2016

La partie nord de la Promenade de la vallée Bow offre au moins un panorama digne d'intérêt, le belvédère de la Courbe de Morants qui ouvre une vue dégagée sur la rivière et la ligne du CPR avec les montagnes en toile de fond vers l'ouest.


Lake Louise et ses environs




source J.M. Zaninetti, 2016
 
Sise à 1540 mètres d'altitude le long de la rivière Bow, le village de Lake Louise est la localité habitée la plus haute du Canada. Il s'agit du site le plus spectaculaire et le plus célèbre du parc national de Banff avec ses deux lacs de montagne, le Lac Louise et le Lac Moraine

Long de 2,4 km, sis à une altitude de 1730 mètres en surplomb de la vallée Bow, le Lac Louise est devenu célèbre dès 1884 du fait de ses eaux opalescentes couleur de jade et du décor incroyable du cirque glaciaire dans lequel il se niche.

source J.M. Zaninetti, 2016

Lors de la construction du chemin de fer, le lac des petits poissons est rebaptisé Lac Louise en l'honneur de la 4e fille de la reine Victoria, la princesse Louise Caroline Alberta, épouse de John Campbell, duc d'Argyll et gouverneur du Canada à partir de 1878. Une gare est construite à proximité en 1890 et les premiers visiteurs commencent à affluer. Le premier hôtel bâti en bois sur les rives du lac (1890) brûle en 1922 et est remplacé à partir de 1925 par l'énorme bâtisse de style Art Déco (certains diront stalinien) du Chateau Lake Louise, un palace dont les chambres se louent en saison à partir de $460 CAD la nuit.



source J.M. Zaninetti, 2016

  En dépit de cette verrue, on reste sans voix devant la carte postale du lac, qu'il convient de contempler le matin pour que le mur escarpé du Mont Victoria ne soit pas à contrejour.
Le glacier Victoria n'est plus que l'ombre de ce qu'il fut dans le passé quand on voit la gorge profonde aux parois verticales qu'il a creusée à son pied.

source J.M. Zaninetti, 2016

Il est difficile de stationner à proximité du lac en été. En dépit de parkings immenses, ceux-ci étaient complets les 2 fois où nous sommes passés en 2016. Nous étions les deux fois en fin de semaines fin juillet et début août et le temps était beau, toutes les conditions étaient donc réunies pour une affluence record... C'est pourquoi Parcs Canada a mis en service un système de navettes gratuites qui partent du camping auxiliaire de Lac Louise, 6 km en aval du village le long de l'autoroute Trans Canadienne est. Ces navettes sont en service toute la journée en fin de semaine du 1er juillet au 5 septembre et épargnent aux visiteurs les galères de stationnement.

Il est par contre plus difficile d'accéder au Lac Moraine qui n'est desservi par aucune navette sauf en septembre et dont le parking est relativement petit.



source J.M. Zaninetti, 2016
 
Perché dans une vallée secondaire à 1900 m d'altitude au sud de Lake Louise, on accède au Lac Moraine et à son lodge par une route étroite longue de 14 km qui monte dans la forêt jusqu'au lac. Ce lac aux eaux bleu saphir se trouve niché au fond de la Vallée des Dix Pics. Suivant le conseil des rangers, nous sommes montés au Lac Moraine un jour de pluie vers 4h30 de l'après-midi pour y arriver vers 5 heures. Nous avons croisé 100 voitures qui descendaient alors que nous étions dans une file montante d'une vingtaine de véhicule. Aux approches du lac, il y a avait des véhicules garés maladroitement le long de la route sur quelques centaines de mètres, mais à l'heure où nous sommes arrivés, il restait quelques emplacement de stationnement qui s'étaient libérés dans le fond du parking. Quand nous sommes repassés la semaine suivante, nous avons observé que la route du Lac Moraine était fermée aux véhicules montants à 9h30, car le parking était saturé. La pression touristique a atteint un point critique. La fermeture de la route aux véhicules particuliers à l'exception de la clientèle du lodge et la mise en place d'une navette obligatoire s'imposera rapidement à Parcs Canada pour assurer la préservation de ce site d'exception.



source J.M. Zaninetti, 2016
 
Comme son nom ne l'indique pas, le Lac Moraine ne s'est pas formé à l'arrière de la moraine terminale d'un glacier disparu, mais à la suite d'un éboulement cataclysmique qui a emporté un pan entier de la montagne située au sud.

La raison pour laquelle les parkings des lacs Louise et Moraine sont complets dès 9h30 du matin, c'est que ce sont les points de départ de fabuleuses randonnées à la journée.

Au Lac Louise, il y a le fameux sentier de la Plaine des Six Glaciers, long de 5,3 km aller avec un dénivelé vertical de 370 mètres. Plus populaire car moins long, le sentier du Lac Agnès grimpe sur 3,6 km vers un petit lac suspendu au nord du Lac Louise. La dénivellation est très forte (400 mètres). Au sommet, la maison de thé du Lac Agnès est prise d'assaut par les randonneurs.



Source Wikipedia

Au Lac Moraine, le sentier de la vallée Larch est long de 4,3 km aller et franchit un dénivelé de 400 mètres. Moins exigeant, le sentier des Lacs Consolation grimpe de 65 mètres d'altitude seulement sur 3 km (aller).


Source Wikipedia

Quoique moins exigeante que la plupart, cette randonnée n'en est pas moins belle.
Que l'on ne s'y trompe pas, à plus de 2000 mètres d'altitude, c'est déjà un sentier difficile pour une personne qui n'est pas très en forme. La liste serait longue pour les citer tous, et ce n'est pas notre but.

source J.M. Zaninetti, 2016

Emprunter une télécabine à Ski Louise un beau matin d'été est une manière plus reposante de découvrir la splendeur des paysages de Lake Louise et des montagnes qui l'environnent.  La station se situe sur le versant opposé de la vallée Bow et son télésiège offre à mon humble avis les plus belles vues des Rocheuses Canadiennes.

source J.M. Zaninetti, 2016

La magnificence de la vallée incroyablement escarpée dans laquelle le Lac Louise se niche est le clou du voyage. Mais les montagnes alentour sont tout aussi extraordinaires. 


source J.M. Zaninetti, 2016

Que dire de la silhouette altière du Mont Temple (alt. 3540 m) qui le domine au sud ? Au sud du Mont Temple, on voit la Vallée des Dix Pics où le Lac Moraine se cache, hors de vue de la station supérieure du télésiège.

source J.M. Zaninetti, 2016

Au nord, la vallée Paradise s'intercale entre les deux lacs.


source J.M. Zaninetti, 2016

source J.M. Zaninetti, 2016

Le village de Lake Louise est le point de départ de la Promenade des Glaciers qui permet de découvrir la partie nord du parc national de Banff et de se rendre ensuite dans celui de Jasper.

Découvrir le Lac Louise et sa région par une belle journée d'été sera sans doute un moment fort de votre voyage dans les Parcs Nationaux des Rocheuses Canadiennes

Destinations voisines

 

Promenade des Glaciers

Yoho

Kootenay

Kananaskis Country

Calgary