mardi 4 juillet 2017

Little Bighorn

L'ultime résistance des Indiens des Plaines (Plain Indians Last Stand)

2 étoiles, mérite le détour

 

Sites présentés dans cet article


Little Bighorn Battlefield Natl. Mont.
Garryowen - Custer Battlefield Museum
Pompeys Pillar Natl. Mont.
Bighorn Canyon Natl. Rec. Area - Yellowtail Dam
Chief Plenty Coups State Park
Pictograph Cave State Park
Billings 

 

 


Source Wikipedia


Ambiance : Little Bighorn Battle Song - Anonyme, 1876

La bataille de Little Bighorn opposa le 7e régiment de cavalerie de l'armée américaine, fort de 647 hommes (dont 35 éclaireurs indiens) placés sous le commandement du lieutenant-colonel George A. Custer à une coalition de Sioux et de Cheyenne comptant environ 1500 braves placés sous le commandement de sept chefs, dont l'histoire a surtout retenu les noms des deux chefs Sioux Sitting Bull et Crazy Horse. La bataille s'est déroulée les 25 et 26 juin 1876 près de la rivière Little Bighorn ("petit mouflon"), un affluent de la Bighorn River, dans le sud-est du territoire du Montana. Ce combat s'inscrit dans la trame plus vaste de la Grande Guerre des Sioux déclenchée par la violation par les américains du traité de Fort Laramie (1868) à la suite de l'invasion des Black Hills du Dakota du Sud _collines sacrées concédés aux indiens "pour toujours" selon les termes de ce traité_ par des armées de prospecteurs avides après qu'une expédition de reconnaissance, conduite par le même lieutenant-colonel Custer ait eu confirmé la présence d'or dans les collines en 1874. Cette guerre se terminera par une campagne d'extermination des tribus amérindiennes et des bisons et la bataille de Little Bighorn sera leur seule victoire. C'est pourquoi son souvenir reste vivant et fait encore l'orgueil des Premières Nations.
Le site où Custer et ses hommes ont fini massacrés (surnommé "Custer Last Stand") est aujourd'hui préservé dans les 310 hectares du Little Bighorn Battlefield National Monument créé en 1879, et inscrit sur le registre national des lieux historiques en 1966.



Source Wikimedia 
 
Le site de la bataille de Little Bighorn est l'un de ces lieux de mémoire où se sont déroulés des événements historiques qui résonnent au-delà des circonstances qui l'ont causé et au-delà des destins individuels de ses protagonistes. Modeste escarmouche au regard des tueries de la Guerre de Sécession, elle a pourtant une signification profonde, considérant que l'histoire de l'Amérique du Nord peut être résumée pendant trois siècles du 17e au 19e siècle par la lente et inexorable conquête coloniale d'un continent par des envahisseurs venus d'Europe, et le refoulement et le massacre de plus de 500 Nations indigènes. Crazy Horse et Sitting Bull combattaient pour préserver leur liberté et leur genre de vie nomade menacé par l'homme blanc qui les considérait comme des "sauvages" et n'entendait leur laisser que de maigres parcelles de terres arides où ils seraient parqués dans des réserves qui rétrécissaient à vue d’œil au fur et à mesure que les colons repéraient l'opportunité d'une nouvelle source d'exploitation économique des richesses naturelles présentes dans leurs limites. 

source Wikipedia

Toutefois, il faut replacer ces événements dans leur contexte. Dans les mentalités américaines de l'époque, la "Destinée Manifeste" de la nation américaine était de "civiliser" ces terres, et le refoulement des "sauvages" ne soulevait aucun scrupule. En cela, les États-Unis ne faisaient pas exception, et on trouvait des motivations et des arguments similaires pour justifier l'expansionnisme colonial de la Grande-Bretagne, de la France et des autres grandes puissances impérialistes de l'époque. La seule différence avec les puissances coloniales d'Europe Occidentale, c'est que les conquêtes coloniales ne se faisaient pas outre-mer, mais dans la continuité territoriale du continent, une particularité géographique que les américains partagent avec les Russes, et qui explique peut-être pourquoi ces deux empires coloniaux n'ont pas été démantelés et comment ils ont réussi à évincer les peuples indigènes et à assimiler leur descendance.


Les endroits où les soldats américains sont tombés sont marqués de pierres blanches
source Wikipedia


Les endroits où des braves indiens sont tombés sont marqués de pierres rouges
source Wikipedia


Après cette digression géohistorique, il nous faut revenir maintenant sur le site de Little Bighorn. Après avoir entendu parler de cette histoire tragique dans le centre d'accueil du parc, et passé un moment de recueillement sur des centaines de marqueurs plantés dans la prairie sur les emplacements où des combattants des deux camps ont perdu la vie, il est impossible de rester insensible _même si ce n'est pas notre histoire_ et de ne pas méditer sur le tragique et le sens de l'histoire face à cette plaine aride et désolée.
Little Bighorn fut le champ du cygne d'un genre de vie sur le point d'être anéanti par des assassins impitoyables tels que le général Crook. Les silhouettes de fer des indiens symbolisent un monde disparu.


Visiter Little Bighorn


Le site se trouve sur le territoire de la réserve Crow à 24 kilomètres à l'est de Hardin, la ville la plus proche. Ennemis traditionnels des Cheyenne, les Crows n'ont pas participé à la bataille qui s'est livrée sur leur réserve.

Le centre d'accueil est situé sur le versant de la colline de Wolf Mountain où les combats se sont déroulés. Cependant, le fait que le monument se situe sur le territoire d'une réserve explique pourquoi on ne trouve pas d'infrastructure d'hospitalité à proximité immédiate. Le centre d'accueil présente des expositions aussi intéressantes qu'indispensables à la compréhension du site. Le monument nationale était initialement dédié principalement à la commémoration patriotique de l'héroïsme du 7e régiment de cavalerie auquel on a consacré un cimetière militaire dument ordonné à proximité du centre d'accueil. 


Source Wikipedia

Source Wikipedia


Une obélisque a été érigée en 1881 en l'honneur du 7e régiment au sommet de la colline où Custer a mené son ultime combat. Depuis, un monument commémoratif aux combattants indiens tombés durant cette bataille a été inauguré en 2003 dans un souci de réconciliation des mémoires et de reconnaissance du fait que les amérindiens sont désormais partie prenante de la nation américaine.


Monument à Crazy Horse
Source Wikipedia

Une route goudronnée serpente sur 8 km au sommet de l'escarpement où la bataille a eu lieu jusqu'à Reno Hill, le site où le major Reno et le capitaine Benteen résistèrent deux jours aux attaques des indiens après la mort de Custer. Un monument commémoratif a été érigé au bout de la route pour marquer cet engagement secondaire.

Source Wikipedia

La route ouvre de beaux panoramas sur les plaines qu'il vaut mieux visiter le matin pour ne pas souffrir du contrejour.

Source Malmstrom_af_mil

La visite du monument national demande 2 heures, et se fait de préférence en matinée en raison de l'orientation et  aussi parce qu'en été, la chaleur de l'après-midi est incommodante dans ces plaines situées en-dessous de 1000 mètres d'altitude. Le printemps, pendant les mois de Mai et Juin, est la meilleure période de l'année pour découvrir le site, la prairie est plus verdoyante et les chaleurs étouffantes de l'été n'ont pas encore commencé. L'automne, en Septembre et Octobre est la deuxième meilleure saison pour les visites, mais le parc est ouvert au public à longueur d'année.


En-dehors des limites du monument national, un visiteur passionné d'histoire peut avoir intérêt à s'arrêter visiter le Custer Battlefield Museum situé à Garryowen dans la vallée en contrebas du champ de bataille. Ce petit musée privé conserve une collection d'artisanat amérindien et une belle collection de photographies historiques. Un diorama reconstitue le campement de Sitting Bull qui se trouvait dans le secteur et dont l'attaque par la cavalerie déclencha les hostilités, ainsi que les différentes étapes de la bataille.

Source Wikimedia

Source Wikimedia

L'amour de l'histoire pousse des volontaires à reconstituer la célèbre bataille de temps en temps, comme en témoignes ces images prises en Juin 2013.


Se rendre à Little Bighorn


Le site est très excentré sur un circuit des parcs nationaux. On ne visite pas Little Bighorn par hasard, car il n'est pas situé sur le trajet direct entre Yellowstone et le Mont Rushmore. Sa visite demande de faire un large détour vers le nord, mais sa découverte mérite bien ce détour, et la région environnante n'est pas dépourvue de centres d'intérêt non plus.




Vers l'ouest, on l'a déjà dit, Hardin est à 24 km, la localité la plus proche où l'on trouve des motels. Mais la ville de Billings offre plus d'options d'hébergement à seulement une heure de route du monument (100 km).

Le monument national se situe à moins d'une heure par l'autoroute I-90 (90 km) au nord de Ranchester, WY, première ville où l'on trouve des motels en direction du sud. Ranchester est située à l'intersection de l'autoroute I-90 et de la nationale US-14 dont le tronçon qui traverse à l'ouest les montagnes de la Bighorn National Forest  forme la "Bighorn Scenic Highway". Un peu plus loin, la ville Cowboy de Sheridan est à 112 km au sud du monument.

Deux monuments et parcs nationaux sont accessibles dans la journée au départ de Little Bighorn si vous séjournez suffisamment longtemps dans la région.


Pompeys Pillar
source Wikipedia

Pompeys Pillar National Monument a été créé en 1989 pour protéger le seul site où l'on ait trouvé une trace matérielle de l'expédition de Lewis et Clark. Situé au pied d'une butte témoin qui se repère de loin, il s'agit du site d'un campement de l'expédition de retour de William Clark en 1806 alors qu'il descendait le cours de la Yellowstone River à la recherche de la confluence du Missouri. Ce site est situé 84 km au nord de Little Bighorn.



Source Wikipedia

La Bighorn Canyon National Recreation Area a été classée en 1968 autour du barrage Yellowtail Dam et du vaste lac de retenue, long de 114 km, créé sur la Bighorn River par la construction de ce barrage. Un autre article est consacré à ce parc auquel on accède principalement par le sud depuis le territoire de l'état du Wyoming




Toutefois, il faut mentionner pour le moment que le barrage a été construit sur les terres de la réserve Crow, et qu'une route d'accès au barrage (MT-313) met ce dernier à 1h10 de route, 77 km au sud-ouest de Little Bighorn. Comme le parc est situé en grande partie sur des terres tribales, aucune route d'accès public ne connecte le barrage aux secteurs qui reçoivent les visiteurs en amont, aussi il est impossible de visiter le lac de barrage et le reste du parc le même jour.

Aux environs, trois parcs d'état du Montana sont également des sites d'intérêt.

Rosebud Battlefield State Park préserve le site de la bataille du 17 juin 1876 qui préfigura celle de Little Bighorn environ 80 km au sud-est du monument national.



source Wikipedia

Chief Plenty Coups State Park se trouve au centre de la réserve Crow 125 km à l'ouest de Little Bighorn. Le parc préserve le site de la ferme du chef sage Plenty Coups qui sut préserver les siens dans les tourmentes des guerres indiennes et les adapter au nouveau monde.


source Wikipedia


Pictograph Cave State Park se trouve à 105 km à l'ouest de Little Bighorn dans les environs de Billings. Ce site archéologique et naturel préserve les traces de l'occupation humaine dans la région durant la période précolombienne dans des cavernes qui s'ouvrent dans une falaise de grès à 12 km au sud de la ville de Billings.
 


Ghost Cave, autre site archéologique du parc, est située à proximité de la grotte précédente, source Wikipedia


Avec 167,000 habitants dans son aire urbaine, Billings est la plus grande ville du Montana. "Magic City" est née avec l'arrivée du chemin de fer en 1882. La ville reçut le nom de baptême de Frederick H. Billings, le président de la compagnie du Northern Pacific Railroad qui construisait cette nouvelle ligne transcontinentale entre Minneapolis et Seattle




source Wikipedia

Billings peut constituer une étape entre Little Bighorn, site distant de seulement 100 kilomètres (moins d'une heure) vers l'est, accessible en une heure par l'autoroute I-90, et le parc national de Yellowstone auquel on peut accéder en été par Red Lodge et le col du Beartooth Pass. La ville porte de Cooke City n'est qu'à 200 km au sud-ouest par cet itinéraire. Lorsque le col du Beartooth Pass est fermé, on peut accéder à Gardiner (277 km - 3h de route), autre ville-porte du parc national en empruntant l'autoroute I-90 jusqu'à Livingston (188 km, 1h30 de route), puis en remontant la Paradise Valley en direction du sud pour atteindre Yellowstone.
En direction du sud, Billings est à 170 km (2 heures de route) de Cody par la route.
En direction de l'est, Billings est à 460 km (4 heures de route) du parc national Theodore Roosevelt dans le Dakota du Nord par l'autoroute I-94. 

Poursuivre le voyage aux environs

 

Upper Missouri Breaks

Theodore Roosevelt

Devils Tower

Deadwood

Bighorn Mountains

Cody

Beartooth Loop

Gold West Country